Sickle Cell Warrier

Leyla Hamidou, Niger

Je m’appelle Leyla Hamidou, je suis Nigérienne et je vis à Niamey, la capitale.
J’ai 35 ans et je vis avec la drépanocytose. Je suis l’ainée d’une fratrie de trois enfants.
J’ai été diagnostiqué à l’âge 2 ans. Durant mon enfance,  je ne faisais pas beaucoup de crises.
Par contre, j’ai réalisé que ma santé était fragile un peu avant mes 10 ans.
Car c’est à
 l’adolescence que toutes les complications ont commencé. J’avais des crises de douleur au niveau des articulations, des  crises de  fatigue après de longs efforts, de stress  ou tout choc émotionnel.
Au fil des années, j’ai subi plusieurs interventions chirurgicales suites aux complications qui m’ont causé  des  nécrose à mes deux hanches et  à l’une de mes  épaules. Des moments pénibles que j’ai pu surmonté grâce au soutien sans relâche de mes proches.
Je dois ma survie à mes parents. Ils se sont battus pour moi, quand je ne le comprennais pas encore. Ils ont sacrifié beaucoup pour me donner les meilleurs soins disponibles. Ils continuent encore à le faire.
 
Les opérations sont douloureuses et la réducation encore plus pénible.
À cause de cette maladie, je me suis retrouvée dans les centres de réduction où je  réaprenais à marcher, à vivre avec plusieurs corps étrangers en moi après chaque intervention chirurgicale.
Je me suis même retrouvée en réanimation suite à une crise sévère.
 
A présent, je me porte mieux et je  surmonte les défis que me pose cette maladie chaque jour. Je peux dire que ma vie est un combat permanent. Je suis Hydroxyurea depuis 17  ans maintenant. Et ce médicament m’aide beaucoup.
Malgré la drépanocytose, j’arrive à avoir une vie stable, à vivre des passions.
Je suis passionnée de photo et de mode.
J’adore prendre des photos à toutes les occasions. Alors, je ne m’en prive pas. Nous vivons avec une maladie sournoise qui attaque n’importe quand. Entre deux crises, il faut vivre, bien.
De nouveaux traitements qui améliorent la qualité de vie de ceux qui sont aux prises avec cette maladie sont disponibles.
La drépanocytose se guérit même aujourd’hui, alors on ne perd pas espoir….

SERI IS HERE, JOIN US!